Évènements

IO STO BENE -Séances scolaires

IO STO BENE UN FILM DE DONATO ROTUNNO, 2020 SYNOPSIS Antonio a passé toute sa vie loin de son pays natal, l’Italie. Leo, jeune artiste italienne qui tente sa chance à l’étranger, croise son chemin. Un jeu de miroirs entre le vieil homme et la jeune femme déclenche un voyage dans le temps et offre un futur plus serein pour tous les deux. Produit par Tarantula Luxembourg, Tarantula Belgique, Maxma Film (Allemagne) et Vivo Film (Italie). Avec le soutien du Film Fund Luxembourg, de Wallimage, Apulia Film Commission, Mibact. En coproduction avec ARTE, Voo-BeTv, Rai Cinema. Retrouvez toutes les informations ici: https://www.tarantula.lu/film/io-sto-bene/Séances scolaires Les enseignants peuvent réserver des séances scolaires auprès des salles de projection ci-dessous: Ciné Utopia / Kinepolis Kirchberg ou Belval : business.kinepolis.lu/ecoles/ Ciné Sura à Echternach: Sandra Weyland cinesura@gmail.com Kinoler à Kahler: Marc Barnig Privé marcbarnig@gmx.net Kulturhuef Kino à Grevenmacher : Joël Thiry kino@kulturhuef.lu Ciné Scala à Diekirch : Nadine Petit nadine.petit@diekirch.lu Ciné Prabbeli à Wiltz : Adis Mustic adis.mustic@cooperations.lu Ciné Starlight à Dudelange : Anne-Laure Letellier anne-laure.letellier@cna.etat.lu Ciné Orion à Troisvierges: Dif Differding LYSMAI@PT.LU Ciné Le Paris à Bettembourg : Jean-Paul Muller jpm@pt.lu Un dossier pédagogique est téléchargeable ici: https://www.tarantula.lu/wp-content/uploads/2015/05/ISB_DPedagogique_Enseignants_.pdf Un dossier pédagogique pour les élèves est téléchargeable ici: https://www.tarantula.lu/wp-content/uploads/2015/05/ISB_DPedagogique_Eleves_.pdf

Jul 14, 2022
Lire plus
Entre deux chaises - une conférence de Corina Ciocarlie

Entre deux chaises Une conférence de Corina Ciocârlie dans le cadre du Cercle de lectures organisé par le Cercle Cité, 16 juin 2022 https://cerclecite.lu/fr/event/cercle-de-lectures-entre-deux-chaises Cette dernière rencontre de la série En noir et blanc, consacrée aux migrants et à l’accueil qui leur est réservé à Luxembourg comme ailleurs, vient faire écho à une troublante installation montrée en ce moment au Ratskeller. Artiste luxembourgeoise aux racines péruviennes basée à Bruxelles, Sophie Feyder illustre parfaitement, à travers And They Lived Happily Ever After, le paradoxe du migrant : oscillant éternellement entre l’avant et l’après, entre ici et là-bas, entre l’île de pas encore et celle de déjà plus, comme dirait le poète Jean Portante. Six personnes venues d’ailleurs – mais elles/ils pourraient être des milliers – sont invitées à prendre position, littéralement et dans tous les sens, par rapport à une scénographie minimaliste, mais oh combien suggestive. Un sol en damier et deux chaises, désignant le pays d’origine et le pays d’accueil : entre les deux, bien évidemment, leur cœur balance. Assis d’un côté, le migrant est invité à occuper/investir en même temps l’autre, physiquement ou symboliquement. Certains renversent simplement la chaise, en suggérant qu’ils n’en veulent plus, d’autres l’encombrent d’une valise, d’un atlas, d’un album photos, de leurs souvenirs, de leurs regrets, etc. Ce faisant, les uns comme les autres laissent entendre que l’essentiel de leur aventure existentielle se joue dans l’entre-deux, dans ce no man’s land où tout peut encore advenir, même si rien – ou presque – ne sera plus comme avant. Après le franchissement de la ligne dite d’arrivée, la course se poursuit, inlassablement, car la vie continue après le mariage des princesses, après la découverte de cet Eldorado qui n’en était peut-être pas un. And They Lived Happily Ever After? Pas tous, pas forcément, pas pour toujours…. © Cercle Cité, illustration : Omniscientbeing

Jun 15, 2022
Lire plus
Norbert Ketter, Sophie Feyder | Le studio photo de la vie

Exposition Norbert Ketter, Sophie Feyder Le studio photo de la vie 29.04 – 26.06.2022 | Entrée libre, tous les jours de 11:00 à 19:00 Cercle Cité, espace d’exposition Ratskeller (rue du Curé) « Je me suis laissé dire que Norbert Ketter m’avait débarrassé le cerveau d’un Grand-Duché en carte postale, pour me faire découvrir enfin l’espace luxembourgeois ». Cette citation de l’écrivain Jacques Gandebeuf, clôt un texte publié pour le catalogue de l’exposition Norbert Ketter, Photographies 1961 – 1981, au musée Villa Vauban de la Ville de Luxembourg. Elle fait référence aux paysages luxembourgeois de Ketter qui marquent son œuvre depuis ses débuts. De manière significative, Gandebeuf emploie le terme « espace », celui d’un pays, dont la topographie, sous l’objectif de Ketter, se construit de photographie en photographie, avec son nord, son sud, ses terres ondulées, « sages » seulement à première vue, de paysage en visage. Les portraits urbains de Norbert Ketter, depuis son premier recueil sur la ville d’Esch-sur-Alzette en 1970 jusqu’à la série emblématique Des Hommes et des images – Regards sur notre société multiculturelle en 1992, n’en sont que le prolongement naturel. Ils font partie intégrante de cet espace de vie que le photographe n’a cessé de scruter et de représenter tout au long de sa carrière d’un œil bienveillant. Mais si le regard est tendre, la démarche artistique de Ketter n’en est que plus structurée. Rien, dans ses photographies, n’est laissé au hasard. L’espace et la lumière, tout est mis en scène. C’est à ce portraitiste humaniste et « faiseur d’images » que l’ASTI (Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés) voulait rendre hommage en proposant le sujet au Cercle Cité, à l’occasion du 40ème anniversaire de l’association. Le paysage social luxembourgeois a changé cependant depuis le décès de Norbert Ketter en 1997. Aussi, les pratiques photographiques documentaires ont-elles évolué, vont plus loin. L’image mouvante et des témoignages sonores viennent compléter l’image fixe prise sur le vif, par le vécu des sujets. L’œuvre se co-construit lors de processus collaboratifs basés sur l’échange et l’interaction répétés permettant d’aller en profondeur. Sophie Feyder, Luxembourgeoise aux racines péruviennes et basée à Bruxelles, s’inscrit dans cette démarche anthropologique contemporaine. Avec And They Lived Happily Ever After, l’artiste, auteure et chercheuse, explore avec ses travaux la mémoire et l’expérience subjective de la migration et de l’appartenance à l’époque actuelle. Elle donne une voix aux espoirs, aux déceptions et aux questions, produit ainsi des portraits complexes et émouvants d’humanité. À plusieurs décennies d’intervalle, les œuvres de Sophie Feyder et de Norbert Ketter se font ainsi écho, autour du sujet de l’humain, dans un espace que les deux artistes investissent pleinement, le studio photo de la vie. Vernissage le jeudi 28.04.2022 à partir de 18:00. Sans régime CovidCheck, sous réserve de modification en fonction de l'évolution de la situation sanitaire. Organisation : Cercle Cité Commissaire d’exposition : Françoise Poos Toutes les photographies de Norbert Ketter exposées au Cercle Cité font partie de la collection du Centre national de l'audiovisuel (CNA). Visite guidée gratuite tous les samedis à 15:00 30.04 (FR) 07.05 (EN) avec Françoise Poos et Sophie Feyder 14.05 (PT) 21.05 (LU/DE) avec Françoise Poos 28.05 (FR) 04.06 (EN) avec Sophie Feyder 11.06 (PT) 18.06 (LU/DE) 25.06 (FR) avec Françoise Poos (sans inscription)

Apr 28, 2022
Lire plus
Moving Lusitalia - CDMH

Moving Lusitalia 25 avril - 18 décembre 2022
 CDMH – Centre de Documentation sur les Migrations Humaines Une exposition du Centre de Documentation sur les Migrations humaines dans le cadre d’Esch 2022- Ville européenne de la Culture Le microcosme du quartier « Italie » s’affiche comme miroir d'une histoire globale de Dudelange, voire du Luxembourg. Moving Lusitalia est un projet audiovisuel sur les histoires de vie quotidienne, révélant les changements de rythme, de temps et d'espace au fil des décennies. La ville de Dudelange a été confrontée à différentes migrations au fil des années : d'abord les Italiens, puis les Portugais, des gens de l'ex-Yougoslavie, et plus récemment des Africains, des Chinois, des Syriens. Le quartier « Italie », né à la fin du XXème siècle, avec les débuts de la sidérurgie, tel un microcosme, devient le miroir d’une histoire globale de Dudelange, voir du Luxembourg. À l’origine, une seule route était utilisée pour entrer et sortir du quartier, il fallait toujours la traverser et, simultanément, il n'était pas nécessaire de quitter le quartier pour quelque raison que ce soit. Tout y était présent soit dans le domaine du travail soit du quotidien et de la vie sociale : mines, usines, bistrots, boulangeries, bouchers, couturières, etc. En effet, au fil des années, nous observons différentes sortes de mobilités, non seulement physique et géographique par ses habitantes, qui arrivent ou qui (re)partent, mais aussi une mobilité sociale qui lui est étroitement rattachée. Par ailleurs, nous observons des changements de rythmes majeurs. En effet, d’une unité spatio-temporelle, nous passons à une ouverture et multiplicité de rythmes. Un remix que nous allons découvrir et faire découvrir avec Moving Lusitalia. Le projet en bref À travers des récits de vie, c’est-à-dire à partir des expériences vécues des anciennes habitantes du quartier Italie, ainsi que de nos archives (documents, photos, etc.) nous avons conçus une exposition à l’intérieur et à l’extérieur, qui permet de voyager dans le temps, à travers des lieux et des objets « parlants », à partir desquels nous saisissons et expérimentons les rythmes qui (re)composent le quartier « Italie ». 1. L’exposition composée d'« objets parlants » relatifs à la vie quotidienne du quartier « Italie » à Dudelange installée à l’intérieur du CDMH est développée à partir de recherches et d'entretiens avec ses (anciennes) habitantes. L’exposition, organisée par « chantiers » thématiques, fusionne le multimédia et les objets réels afin de créer une expérience immersive pour les visiteurs. 2. Á l’extérieur les lieux seront nos guides. Grâce à une WebApp que nous avons développé y que nous lanceront en Juin, un voyage à travers le temps sera possible tout en parcourant le quartier à pied et plongeant dans les histoires des maisons, les lieux vécus. À l’aide d’un smartphone et de QR codes, il sera possible d’accéder aux différents contenus multimédias (images, son, vidéo, etc.) et ainsi, dans une expérience immersive, ouvrir des « fenêtres sur le passé ». 3. Une série de conférences accompagnera l’exposition, lors desquelles les différentes thématiques seront approfondies. 
 Gare-Usines de Dudelange, du jeudi au dimanche, de 15 à 18 heures https://www.cdmh.lu/db/4/1400121873184 Commissaire de l’exposition Heidi Martins Documentation Marcel Lorenzini Antoinette Reuter Conception et design multimédia TOKONOMA Design et scénographie 2F ARCHITETTURA Technologies Vi.Ma Scénographie Artigianato & Design

Apr 24, 2022
Lire plus
La question du racisme dans « Green Book »-Séances pédagogiques Kinépolis

La question du racisme dans « Green Book » Construisez un événement pédagogique avec Kinepolis Green Book, socle d’un événement pédagogique sur le racisme Le thème du racisme est fréquemment évoqué dans les films : si le long-métrage de Peter Farrely « Green Book » tend à nous le présenter aux États-Unis dans les années 60, les situations de crise sont continuellement propices à son retour. Voilà pourquoi, il reste terriblement d’actualité ! L’idéal étant d’échanger avec les plus jeunes pour en montrer les racines et discuter/débattre de ses résurgences plus actuelles. Dès lors, pourquoi ne pas construire un événement pédagogique avec Kinepolis sur le sujet ? Le film « Green Book », inspiré de faits réels Sorti le 23 janvier 2019 en France, le film « Green Book : sur les routes du Sud » retrace l’improbable amitié entre un videur italo-américain du Bronx et un pianiste mondialement connu noir et homosexuel. En pleine ségrégation (1962), les deux hommes vont traverser les États-Unis, de Manhattan aux territoires du Sud et connaître humiliations et persécutions. 130 minutes pendant lesquelles Viggo Mortensen alias « Tony la tchatche » et Mahershala Ali alias le docteur Don Shirley vont être confrontés au système de ségrégation, fondé sur la distinction raciale. Aux démonstrations classiques des toilettes distinctes s’ajoutent un restaurant refusant de servir un noir, des loges qui ne sont autres qu’un cagibi. Le racisme est également alimenté par les préjugés qui consistent à définir une identité par les attributs systématiquement rattachés au groupe auquel il appartient. À l’image d’une scène particulièrement parlante de « Green Book » : la scène reprend le postulat que les Africains aiment le poulet, dès lors, le banquet raffiné proposé à Don Shirley en propose-t-il à profusion… Mais le racisme s’invite toujours à nos tables, même s’il ne se présente pas toujours sous les mêmes traits… Suite à la projection du film, l’événement pédagogique pourrait se poursuivre avec un débat autour de cet épineux sujet. L’occasion d’échanger et d’écouter les jeunes, qui n’ont pas forcément toujours le même point de vue sur la question. Si « Green Book » semble adapté à un public plus âgé (fin de collège et lycée), Kinepolis peut aussi vous aider à trouver un autre film pour satisfaire un auditoire plus jeune. L’idée étant que la projection fasse écho en eux et suscite des réactions sur lesquelles baser le débat. Dans tous les cas, Kinepolis dispose de l’expérience pour conseiller et des infrastructures pour accueillir ce genre d’événement pédagogique. Quelle que soit la classe envisagée, il y aura toujours une séance adaptée au public, susceptible de faire naître l’échange sur le racisme recherché par le professeur. Pour votre information, Kinepolis applique strictement les règles sanitaires liées à la Covid-19 (distanciation sociale, gels, sens de circulation, nettoyage très régulier…). La sécurité de vos élèves y est totalement assurée. N’hésitez pas à solliciter son équipe pour échanger à ce sujet sur les différentes options possibles et connaître le prix de l’organisation d’un rendez-vous de cette nature. https://business.kinepolis.lu/la-question-du-racisme-dans-green-book/

Dec 11, 2022
Lire plus
Voices - Martine Pimmel & Georges Goerens

Die konzeptionelle audiovisuelle Ausstellung Voices zielt darauf ab, die Auswirkungen des strukturellen Rassismus in Luxemburg aufzuzeigen. Luxemburg als eines der reichsten Länder der Welt mag auf den ersten Blick wie ein Land voller Möglichkeiten erscheinen, aber die Privilegien des Lebens in Luxemburg sind nicht für jeden so zugänglich, wie es auf den ersten Blick scheint. Einer der bestimmenden Faktoren dabei ist das Problem des strukturellen Rassismus, der immer noch unsere Gesellschaft durchdringt. Im Austausch mit anderen luxemburgischen Künstler*innen und Bürger*innen unterschiedlicher ethnischer Herkunft hinterfragen die in Luxemburg geborenen Künstler*innen Martine Pinnel und Georges Goerens für diese Ausstellung aus ihrer Perspektive als weiße Menschen mit privilegierten Hintergrund kritisch diesen blinden Fleck. Voices is a conceptual audio-visual exhibition aiming to show the implications of structural racism in Luxembourg. Luxembourg as one of the world’s richest countries may seem at first sight like a country full of opportunities but the privileges of living in Luxembourg are not as accessible to everyone as it seems on a first glance. One of the determining factors is the problem of structural racism that still inhabits the walls of our society. In exchange with Luxembourgish artists and citizens with different ethnicities the Luxembourg born artists Martine Pinnel and Georges Goerens are questioning for the exhibition the blind spot in their experience as white people and their privileged background as white Luxembourgers. Mit Unterstützung der Œuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte und der Fondation Été. CAPE - CENTRE DES ARTS PLURIELS ETTELBRUCK 1, PLACE MARIE-ADÉLAÏDE, L-9063 ETTELBRUCK 02.06.2022 - 22.06.2022 AUSSTELLUNG GEÖFFNET VON MONTAG BIS FREITAG VON 14 UHR BIS 20 UHR EXPOSITION OUVERTE DU LUNDI AU VENDREDI DE 14H00 À 20HOO EINTRITT FREI / ENTRÉE GRATUITE https://cape.lu/voices/13603

Jun 1, 2022
Lire plus
3 X ME - my Echo, My Shadow and Me

My Echo, My Shadow and Me (que nous abrégeons en 3xMe) est un programme artistique et social articulé d'ateliers, de discussions publiques et d'une exposition autour du thème de l'influence de la culture numérique sur l'identité des jeunes générations et de la manière dont nous pouvons utiliser les outils technologiques. Le projet est centré sur des ateliers autobiographiques réguliers dirigés par l'artiste et facilitatrice Cristina Nuñez et impliquant des groupes de jeunes locaux (15-26 ans) qui réaliseront des œuvres d'art participatives à caractère autobiographique et social. Le projet se réalise dans le cadre de Esch2022, Capitale européenne de la culture. https://esch2022.lu/ Sur une période de 8 mois (4 mois en 2021 et 4 mois en 2022), les ateliers utiliseront le dispositif "The Self-Portrait Experience" (SPEX) de Cristina Nuñez, dans lequel les participants explorent leurs émotions, leurs besoins et leurs valeurs à travers des questions guidées posées par l'artiste avec une approche de pair à pair. Ensuite, grâce à l'utilisation de divers médias - tels que la photographie, la vidéo et la tenue d'un journal - ils constitueront une archive autobiographique et communautaire. L'objectif est de guider les participants dans un voyage vers l'expression de soi, l'autonomisation et un sentiment d'appartenance à la communauté plus fort, basé sur le "partage" et la divulgation de soi. L'approche peer-to-peer est accentuée par le fait que la première série d'ateliers (2021) vise également à former certains jeunes locaux pour qu'ils deviennent des animateurs de la méthode SPEX et travaillent comme assistants lors de la deuxième série d'ateliers (2022). Le projet a également pour but de s'engager dans un apprentissage mutuel entre les organisations impliquées dans le projet sur la façon dont l'apprentissage expérientiel typique des ateliers artistiques peut être introduit dans les programmes scolaires et adapté aux besoins de groupes spécifiques de jeunes. Une sélection du matériel participatif résultant des ateliers sera présentée dans une exposition physique à l'Université du Luxembourg à Esch, une plate-forme en ligne et une publication. Pour participer ou faire participer votre classe, votre structure ou votre établissement à ce projet , veuillez contacter Cristina Nunez: cristina@self-portrait.eu https://selfportrait-experience.com/the-method/

Jul 14, 2022
Lire plus
Impressum© Copyright 2022 by IKL. All rights reservedTerms of use