Spoken Words - Grève des femmes

Fatima Rougi
Émotions
Culture
Dignité

Spoken Word

Grève des femmes


On m’a demandé d’écrire un Spoken Word à lire ici

La vérité c’est que j’aimerais bien ne pas être là aujourd’hui

De ne pas avoir à dire des évidences établies

De ne pas avoir à se réunir entre filles

Pour dénoncer nos droits anéantis


Mais militer c’est répéter

Militer c’est scander

Militer c’est ne jamais s’arrêter

Car les batailles qu’on croit avoir gagné

Ne sont que des étapes vers un peu plus d’égalité

 

La liberté les yeux fermés, ce n’est même pas la peine d’y penser

La liberté on la prend le poing levé et les yeux écarquillés

La bouche grande ouverte et en état d’alerte

Quand on comprend que rien n’est gagné

C’est là qu’on lève la tête avec fierté


On voudrait que l’on soit en colère mais gentiment

Qu’on soit énervées mais poliment

Qu’on soit fâchées mais tout doucement

Les fémi-nazies ça fait beaucoup trop de bruit

Les pantoufles, c’est vrai, ce n’est pas très bruyants

Mais ce n’est pas avec elles qu’on fait la révolution 


Le féminisme c’est la radicalité

La définition n’est pourtant pas très compliquée

C’est un combat pour la parité

C’est refuser que les femmes soient sous-traitées  

Et tout faire pour que cela soit du passé


Moi je viens de Corse, une île qu’on dit de beauté

Mais surtout l’île toujours révoltée où pour parler, il faut gueuler

L’île où la ténacité est célébrée, la soumission boycottée

Ce n’est donc pas demain la veille que je vais la fermer 


Je suis aussi afro-descendante, et ça croyez-moi, c’est compliqué

Ni assez blanche ni assez noire, je suis surtout racisée

Discriminée pour plusieurs de mes identités

Mise de côté car pas assez occidentalisée 

Mais c’est ok, car cela fait de moi une personne sacrément racée

Qui dans sa lutte, croit fort en l’intersectionnalité

Les systèmes d’oppression me transpercent de tous les côtés

Mais c’est un sacré moteur pour avancer


On m’a demandé d’écrire un texte à lire ici

La vérité c’est que j’aimerais bien ne pas être là aujourd’hui

Mais regardez-vous ? Regardez-nous ?

Belles, plurielles, insolentes, insoumises, déterminées…

Il y a des gens qui vont rager, il y a des Fernands qui vont râler

Mais au final, perso, je n’en ai rien à cirer


A la Chambre des députés, elles ne sont que 19 sur 60 à nous représenter

Mais dans la rue, dans les entreprises, dans les associations on est des milliers

On nous considère comme une minorité

De celle qui pour avoir des droits doit militer

Mais on est la moitié

Sans nous, la société est stoppée

Et plus jamais on ne se laissera marcher sur les pieds


On m’a demandé d’écrire un Spoken Word à lire ici

Car oui, il faut parler, car dire c’est dénoncer, dire c’est assumer

Féminicide, violences sexistes, viol, menstruations, clitoris, vagin, charge mentale, harcèlement de rue, IVG, sous-représentativité… Toutes nos vérités n’ont pas besoin d’être validées

On m’a demandé d’écrire un Spoken Word à lire ici

Moi je vous demande aujourd’hui d’en dire. Des Spokens Words à n’en plus finir !

A vos patrons, à vos amants, à vos amis, à vos garçons, à vos filles…

Posez des mots sur nos réalités et faites-nous exister !



Fatima Rougi est une féministe têtue, amoureuse de vêtements vintage et ancienne journaliste. Active aujourd'hui à la communication de la Kulturfabrik, elle est militante au Planning Familial. Née au Maroc, elle a grandi en Corse et a fait des études d'histoire et de journalisme en France. Elle vit au Luxembourg depuis 2011. A l'adolescence, écrire a été sa thérapie, sa façon de se construire et de se trouver. Depuis, elle continue à écrire. Des textes souvent personnels qui parlent d’immigration et de quête identitaire. Ce Spoken Word a été écrit et lu à l’occasion de la Grève desFemmes du 8 mars 2021,Luxembourg.

Impressum© Copyright 2021 by IKL. All rights reservedTerms of use